Comment composer un bon plan cafétéria?

Auteur: Patrick Van Hool (Business Director)
Temps de lecture: 3min

Vous souhaitez en savoir plus sur le plan cafétéria ? 

Nos experts sont à votre disposition

“À l’heure actuelle, il n’existe pas de cadre juridique explicite pour les plans cafétéria – une loi sur les plans cafétéria, disons”, déplore Patrick Van Hool. “Il existe certes une réglementation applicable à tous les éléments individuels qui peuvent composer ce plan, mais la complexité se situe dans la combinaison de tous les avantages. Et dans leur impact sur le salaire, le précompte professionnel et autres droits de pension.”

L’explosion du nombre d’avantages qui peuvent être intégrés à un tel plan cafétéria concerne surtout les PME. Il est presque impossible de composer un plan cafétéria sur mesure pour chaque collaborateur.

Pour tous?

“L’employeur doit d’abord s’interroger sur les éléments importants de la stratégie de rémunération. Quels accents l’entreprise souhaite-t-elle placer? Où se situent ses priorités? Une autre question se pose aussitôt: à qui doit s’appliquer un tel plan cafétéria? L’employeur veut-il le rendre accessible à tous ou seulement à une certaine catégorie de collaborateurs? Convient-il de travailler avec un plan en plusieurs étapes?”

Un choix stratégique

Une fois ces priorités définies, il est temps d’envisager l’approche pratique. “Le plan cafétéria fait partie intégrante de l’assiette salariale totale”, affirme Patrick Van Hool. “Vous pouvez le financer à partir du budget actuel alloué au salaire: le salarié renonce dès lors à une partie de son salaire chaque mois en échange d’avantages supplémentaires. Dans certains secteurs, on peut aussi convertir la prime de fin d’année en avantages.”

Il est cependant possible d’opter pour des alternatives fiscalement plus intéressantes, dans le cadre desquelles l’employeur comme le salarié retirent un avantage financier de l’exécution de plusieurs mesures. “À mes yeux, cette motivation purement financière n’est pas la bonne approche pour un plan cafétéria. Je pense que ce plan doit essentiellement reposer sur une stratégie clairement déterminée. Une société dont les bureaux sont difficiles d’accès a tout intérêt à proposer à ses salariés des options de mobilité supplémentaires.”

Accompagnement par des experts

Patrick Van Hool recommande un accompagnement par des experts. “Pas seulement parce que notre législation sociale et fiscale est un incroyable imbroglio, mais aussi parce que la législation change d’une commission paritaire à l’autre. Qui plus est, les conventions prises avec les salariés dans le cadre d’un tel plan cafétéria doivent être formalisées juridiquement. Pour cela, une bonne assistance est nécessaire.”

“Sans oublier la législation complexe autour de la déduction de TVA et des obligations en la matière. Il est par ailleurs important que les salariés soient bien informés de l’impact financier de certains choix et options. Sur leur salaire, leur prime de fin d’année ou leurs droits de pension plus tard, notamment.”
 

Neutre en termes de coûts

Cet accompagnement a évidemment un prix mais cela ne doit pas être un obstacle, selon Patrick Van Hool. “En tant qu’employeur, on peut parfaitement partir d’un coût salarial déterminé et établir un plan cafétéria neutre en termes de coûts. Ainsi les salariés sont-ils plus étroitement liés à l’entreprise, à masse salariale égale. Les salariés renonceront à un petit pourcentage de leur salaire brut mais bénéficieront en échange d’un plan cafétéria qui rencontre leurs exigences et ambitions personnelles. Cela me semble la stratégie la plus efficace et réaliste.”

Articles connexes