Rechercher d'autres interviews

Se lancer en pleine crise sanitaire et enregistrer une croissance record ? C’est la success story de la start-up Just Russel
Louis Mortreu, PDG et cofondateur de Just Russel, Anvers

« Nous n’étions pas préparés à enregistrer aussi vite une telle croissance. Mon associé et moi avons travaillé 80 heures par semaine pour répondre aux demandes de clients potentiels. »  Louis Mortreu, PDG et cofondateur de Just Russel

Just Russel fêtait à peine son premier mois d’existence quand les mesures de quarantaine prises suite à la pandémie de coronavirus ont été annoncées en mars dernier. Celles-ci n’ont toutefois pas empêché ses fondateurs de développer leur entreprise. «Même si, au début du confinement, le boom de l’e-commerce n’a pas été une bénédiction.»

 

La start-up Just Russel livre à domicile une alimentation pour chiens personnalisée. Une fois que le maître a répondu à une dizaine de questions en ligne, un algorithme calcule le régime le plus sain et les quantités dont ce chien a besoin quotidiennement. Par le biais d’une formule d’abonnement, le propriétaire reçoit chaque mois, chez lui, une alimentation adaptée à la race, au poids et à la condition physique de l’animal.

 

Crise sanitaire

«C’est avant tout par amour pour les animaux que nous nous sommes lancés : 60 % du million et demi de chiens que compte notre pays sont en surpoids», explique Louis Mortreu, PDG et cofondateur de Just Russel. «Ils risquent de rencontrer des problèmes de santé. C’est à cela que nous voulions nous attaquer.»

Vous aussi, vous croyez en votre projet ?

Découvrez comment nous pouvons vous aider.

Après de longues recherches, la start-up a trouvé un producteur d’aliments pour animaux désireux de participer au développement de son concept. «Nous venions à peine de sortir des starting-blocks quand la crise sanitaire a frappé.»

 

Débuts difficiles

Dans un premier temps, l’explosion des achats en ligne à la suite du confinement n’a pas été une bénédiction pour Just Russel. «Nous n’étions pas préparés à enregistrer aussi vite une telle croissance», témoigne Louis Mortreu. «Mon associé et moi avons travaillé 80 heures par semaine pour répondre aux commandes et questions des clients.»

Le fait que de nombreux Belges aient adopté un chien pendant les semaines qui ont suivi le début du confinement a aussi accru l’intérêt pour l’entreprise.

 

Résultat

Aujourd’hui, Just Russel livre des aliments pour chiens à plus de 1000 clients. Un bon résultat… qui aurait été meilleur encore si l’entreprise avait été fondée quelques mois plus tôt.

«Il est dommage que nous n’ayons pu emménager dans un hub avec d’autres start-up pendant le confinement», regrette Louis Mortreu. «C’était ce que prévoyait le programme d’accélération Start it @KBC pour lequel nous avions été sélectionnés. Heureusement, les séances de coaching et les entretiens avec les mentors ont pu se poursuivre en ligne.» Pour trouver des solutions face aux imprévus, un accompagnement professionnel et des conseils d’experts sont en ce sens essentiels pour les nouveaux entrepreneurs.

 

Nouveaux collaborateurs

Les quatre fondateurs de Just Russel ont ainsi dû rechercher précipitamment d’autres bureaux. Pas simple pendant le confinement… «Nous avons fini par en trouver», sourit Louis Mortreu. «Et pour combler nos besoins de main-d’œuvre supplémentaire, nous travaillons depuis plusieurs mois avec des free-lances.»

Le PDG ne se laisse pas impressionner par la conjoncture et espère même engager rapidement des collaborateurs à temps plein. «Nous comptons franchir d’ici à l’an prochain le cap des 3000 clients, qui souscrivent un abonnement après réception de leur colis d’essai gratuit.»

Vous aussi, vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour créer votre entreprise ?

Rechercher d'autres interviews