Tout savoir sur le statut d'indépendant à titre complémentaire

Qui peut devenir indépendant à titre complémentaire ?

Toute personne salariée chez un employeur au moins à mi-temps ou qui preste une activité d’au moins 19 heures/semaine peut exercer une activité d’indépendant à titre complémentaire.

Vous êtes fonctionnaire ? Dans ce cas, il se peut que vous ayez besoin de l’autorisation de votre employeur.

Vous travaillez dans l’enseignement ? En cas de nomination fixe, les prestations doivent correspondre à 6/10e au moins d’un horaire complet et, si elles sont contractuelles, à au moins 5/10e d’un horaire complet.

Vous êtes au chômage ? La mesure tremplin indépendant vous permet de vous lancer en tant qu’indépendant complémentaire tout en gardant vos allocations de chômage pendant 12 mois. 

Quels sont les avantages d’une activité à titre complémentaire ?

  • Un revenu supplémentaire

Le premier avantage, et certainement le plus intéressant, est l’apport financier supplémentaire en complément de votre salaire. Celui-ci dépend en partie de votre motivation et du temps que vous voulez ou pouvez consacrer à votre activité.

  • Diversité

Vous travaillez non seulement pour votre employeur mais aussi pour vous-même. Il en résulte une motivation supplémentaire. De plus, vous pouvez choisir d’exercer votre emploi fixe au 4/5e, afin de consacrer davantage de temps à votre propre entreprise. Vous travaillerez alors 20 % de moins dans le cadre de votre profession principale, mais votre salaire net ne diminuera pas en proportion. Vous relèverez simplement d’un barème d’imposition inférieur.

  • Fiscalité

Les frais que vous engagez pour votre activité complémentaire peuvent être déduits en tant que frais professionnels. La différence entre le bénéfice et les frais professionnels détermine le revenu imposable. 

o   Cotisations sociales moins élevées : elles sont proportionnelles à votre revenu net imposable, donc vous y gagnez. Si vous démarrez en douceur et que votre bénéfice ne dépasse pas une certaine somme, vous êtes même totalement exonéré des cotisations sociales.

o   Récupération de la TVA : vous pouvez récupérer la TVA que vous avez payée sur vos dépenses, ce qui fera baisser le montant de la TVA due à l’État. De plus, les petites entreprises dont le chiffre annuel est inférieur à 25 000 € peuvent demander à être exonérées du régime de la TVA.

  • Conservation des avantages sociaux majeurs

Vous conservez vos droits à la sécurité sociale que procure votre emploi à temps plein ou à temps partiel, ainsi que le droit à des vacances, à une pension, à des indemnités de maladie, à des allocations familiales, etc.

Quels sont les inconvénients du statut d’indépendant à titre complémentaire ?

Avec un statut d’indépendant à titre complémentaire, les risques sont limités : vous pouvez toujours compter sur un revenu fixe à temps plein ou à temps partiel, ce qui vous évite les aléas éventuels liés à une activité d’indépendant à 100 %. Néanmoins, quelques inconvénients sont à prendre en compte avant de se lancer dans l’aventure :

  • Le temps

Même si vous l’exercez sans doute avec beaucoup de plaisir, votre activité complémentaire a un impact important sur votre emploi du temps. En particulier au début, lorsque vous devez régler des formalités administratives et mettre au point votre organisation. Heureusement, notre guichet d’entreprises est là pour vous aider et simplifier vos démarches au maximum.

  • Pas de droits sociaux (supplémentaires)

Les cotisations sociales que vous payez en sus sont purement des cotisations de solidarité. Vous n’avez pas droit à des allocations (supplémentaires) liées à la sécurité sociale des indépendants, telles que les allocations familiales, la pension ou l’assurance faillite. En tant qu’indépendant à titre complémentaire, vous bénéficiez uniquement des avantages liés à votre activité principale.

  • Davantage d’impôts :

Les revenus issus de votre activité complémentaire viennent s’ajouter à votre salaire. De ce fait, vous risquez de vous retrouver dans une tranche d’imposition supérieure et de devoir dès lors payer plus d’impôts. Vous pouvez l’éviter en prévoyant suffisamment de frais déductibles. 

  • Frais supplémentaires

Vous percevez un revenu complémentaire mais devez également engager des frais supplémentaires : investissements, frais récurrents, frais de déplacement, honoraires du comptable, etc. Toutefois, bon nombre d’entre eux sont déductibles, intégralement ou partiellement.

  • La concurrence

Vous vous lancez dans une activité complémentaire mais il y a un risque que vos concurrents soient des indépendants à temps plein. Ceux-ci sont plus flexibles étant donné qu’ils sont également disponibles pendant les heures de bureau. En fonction de l’activité que vous exercez, cela peut constituer un obstacle.

Articles connexes