Une entreprise belge sur trois prévoit d’engager en 2021

Auteur: Partena Professional (HR Service Provider)
Temps de lecture: 3min

Bruxelles, le 11 mai 2021 – Plus d’une entreprise belge sur trois (34%) prévoit de recruter du personnel pour renforcer ses équipes en 2021, selon une nouvelle étude de Partena Professional. Plus de 300 PME et grandes entreprises ont été interrogées dans le cadre de cette enquête effectuée en avril, qui s’est intéressée aux politiques de recrutement des entreprises et à l’impact de la pandémie sur celles-ci. Les entreprises semblent vouloir se concentrer sur le recrutement de talents et compétences manquants à leurs activités, alors que la motivation et le bien-être des travailleurs sont vus comme les plus grands défis pour les entreprises dans les prochains mois.

Optimisme prudent 

Si un tiers des entreprises prévoient d’engager cette année, 20% d’entre elles pensent, cependant, qu’elles seront dans l’obligation de licencier du personnel si la situation actuelle se poursuit plus longtemps. La pandémie a, en effet, eu un impact sur la demande pour leurs biens et/ou services. Ainsi, même si 46% des entreprises interrogées déclarent que le coronavirus a entraîné une diminution ou une absence de demande pour leurs biens et/ou services (31% une demande égale, 12% une hausse), une grande majorité d’entre elles (78%) estiment que cette baisse de demande n’engendrera pas de problèmes significatifs pour leur activité.

Toutes les entreprises ne sont pas affectées de la même manière. Alors que les plus grandes d’entre elles sont majoritairement intéressées par recruter à nouveaux, les PME elles s’attendent à devoir licencier. Yves Stox, Senior Legal Counsel chez Partena Professional explique : « Ces chiffres montrent que l’heure n’est pas à la panique pour une bonne partie de nos entreprises, qui comptent même engager du personnel cette année. Si 20% de nos entreprises comptent malheureusement licencier, 4% d’entre elles engageront en parallèle pour occuper des profils et des compétences dont elles ne disposent pas encore ».

Pénurie de talents et de compétences spécifiques

Près d’une entreprise sur quatre (23%) a remarqué durant l’épidémie un manque de profils et de compétences pour pallier aux besoins de leurs activités. En fonction de leur taille, les entreprises abordent ce défi de manière différente. 

« Pour pallier à cette pénurie, les petites entreprises de moins de 10 personnes sont plus susceptibles de faire appel à des travailleurs indépendants (freelance) dans une optique à court terme et de repousser les recrutements de contrats stables à un horizon plus éloigné. Les plus grandes entreprises ont quant à elles déjà commencé à recruter, et continueront sur le long-terme. Elles ont tendance à plutôt favoriser les contrats stables dès le départ. » explique Yves Stox.

La motivation et le bien-être des travailleurs comme principaux défis en 2021

Partena Professional a également sondé les employeurs sur les plus grands défis auxquels ils pensent être confrontés après la fin des mesures sanitaires. Il ressort de leur étude que la motivation des travailleurs demeure la préoccupation première des employeurs (citée par 35% d’entre eux), suivie par le bien-être des travailleurs (32%). Le top 5 est complété par la nécessité de trouver suffisamment de talents pour les postes vacants (20%), trouver un équilibre entre les économies en matière de RH et la motivation des travailleurs (20%), et la reconversion des employés pour combler les compétences manquantes (19%).

Articles connexes