Recruter des profils à risque ? À faire ou à ne pas faire ?

Auteur: Julie, votre coach RH pour PME de Partena Professional
Temps de lecture: 4min

La décision est tombée. Vous rédigez l’offre d’emploi. Les e-mails affluent et la sélection peut commencer. Qui devez-vous rencontrer ? Et qui devez-vous éviter soigneusement ?
Car vous ne voulez évidemment pas prendre de risques inutiles. Et puis, il y a certaines choses qui se disent, appelons-les des généralités, qui nous incitent à ne pas proposer d’entretien à « certains profils ». À moins que… ?

Le « jobhopper »

Un an dans la vente. Un an dans la construction. Une série d’intérims dans l’enseignement et aujourd’hui… en face de vous pour un entretien. Un véritable jobhopper ! Qui non content de passer d’un emploi à l’autre change aussi allègrement de secteur. Ce candidat est-il vraiment disposé à s’engager ? A-t-il un projet clair en tête ? Ou est-il plutôt enclin à butiner de fleur en fleur, comme le fait la génération Z ?

Un jeune a effectivement intérêt à tester plusieurs secteurs et fonctions avant de se fixer quelque part. Les exceptions, ce sont ces travailleurs qui à 18 ans savent parfaitement ce qu’ils veulent faire et comment atteindre leur but. Et disons-le franchement, l’école n’est pas vraiment l’endroit où se forger une expérience professionnelle digne de ce nom. Le véritable travail ne commence qu’après le diplôme.

Sans compter qu’une expérience dans un autre secteur n’est jamais perdue, sauf pour celui qui n’en tire aucun enseignement. Dès lors, demandez au candidat ce qu’il a appris lors de ces précédentes expériences et comment il compte mettre en œuvre ces acquis dans la fonction à laquelle il aspire.
Vous proposez un emploi fixe avec des perspectives de carrière à un candidat ayant un profil de jobhopper ? Qui sait, peut-être dissimule-t-il un collaborateur d’une fidélité à toute épreuve ? Les starters ou juniors ont moins de choix que les seniors. Mais ils doivent eux aussi payer leurs factures. Une obligation qui ressemble parfois à du jobhopping.

De mystérieuses lacunes dans un CV ?

La ligne du temps d’un CV compte de nombreux « blancs ». N’est-ce pas mauvais signe ? Est-il resté inactif pendant toutes ces périodes ?
 
Posez la question tout simplement! Ces blancs sont peut-être dues au fait qu’il ne voulait pas accepter le premier travail venu. Il a peut-être suivi une formation ou fait du bénévolat. Ou décidé de prendre un peu de temps pour se lancer dans un long voyage.
Avez-vous envie que ce rêveur/touriste/éternel étudiant rejoigne votre équipe ?
L’avantage, c’est qu’il a déjà coché la case voyage, formation ou bénévolat. Certaines choses doivent être faites avant de se consacrer à sa carrière. Et le travailleur qui a trouvé celle qui lui convient ne va pas tout laisser tomber quelques mois plus tard pour réaliser un rêve inassouvi. Et puis, ces expériences personnelles témoignent d’un esprit aventureux, curieux, qui va de pair avec l’esprit d’entreprise qu’exige la fonction à pourvoir.

Différence de nationalité, de culture ou de sexe

Vous avez besoin que le groupe fonctionne. Faut-il dès lors choisir quelqu’un « comme nous » ?
Une personne d’une autre nationalité ou d’une autre culture possède également un vécu différent, du fait de son environnement, de son éducation, de son école ou de ses études. Elle voit peut-être les choses autrement, donc aussi ce que vos collaborateurs et vous-même ne distinguez pas. Ou ce que vous n’aviez jamais repéré avant.

Ne sous-estimez jamais l’importance d’un regard différent, complémentaire. Il peut venir enrichir et appuyer votre groupe pour tout ce qui ne tournait pas rond jusqu’alors.

Trop jeune pour la fonction ?

Vous avez rédigé une candidature pour un senior et c’est un junior qui vous contacte ? Vous écartez son CV parce que vous craignez de devoir faire du baby-sitting au lieu de travailler.

Mais attendez une seconde : cette personne ne manque assurément pas d’ambition. Elle ne peut être que pragmatique, elle doit aimer se retrousser les manches et se lancer dans la bataille. Si ce candidat a les pieds sur terre et témoigne d’une maturité suffisante, il pourrait bien faire l’affaire. Mais vous le saurez uniquement si vous l’invitez à un entretien.

Vous préférez ne pas prendre de risque et sélectionner un CV sans danger ? À quoi reconnaissez-vous une attitude positive, celle qui fera le poids face à la jolie description que vous avez couchée sur le papier ? Découvrez les signaux à capter pendant l’entretien d’embauche.

Articles connexes