Qui sont les travailleurs intérimaires sur le marché belge du travail?

Auteur: Partena Professional (HR Service Provider)
Temps de lecture: 4min

En 2019, 464.876 travailleurs intérimaires et 267.605 étudiants jobistes ont travaillé sous le statut de travailleurs intérimaires, pour un total de 232 millions d’heures prestées. Un chiffre impressionnant. Il est donc intéressant de savoir quels sont les profils de ces travailleurs flexibles. Et sont-ils intérimaires par nécessité ou par choix?

Après l’important recul enregistré en mars et en avril 2020, la demande de travailleurs intérimaires a de nouveau le vent en poupe. Le secteur semble jouer un rôle crucial dans la reprise économique. De nombreuses entreprises frappent naturellement à la porte des agences d’intérim lorsqu’elles souhaitent trouver rapidement du personnel ou que leurs activités exigent de la flexibilité.

Davantage d’hommes que de femmes

Si l’on se penche sur le profil des travailleurs intérimaires, plusieurs constats frappent immédiatement l’esprit. D’après le rapport annuel 2019 de Federgon, la fédération du secteur, on constate que davantage d’hommes (61%) que de femmes (39%) travaillent en tant qu’intérimaires. Les jeunes sont surreprésentés: la moitié des intérimaires ont en effet moins de 30 ans, même si l’on constate ces dernières années une nette progression de la proportion de quinquagénaires. Enfin, les ouvriers (57%) sont plus nombreux que les employés (43%).

Gagner de l’argent

Dans son rapport “L’intérim ouvre des portes”, Federgon a analysé les raisons qui poussent certains travailleurs à devenir intérimaires. En septembre 2019, la fédération a ainsi mené une enquête auprès de 6.050 travailleurs intérimaires afin de connaître leurs motivations. Les principaux motifs sont: “Gagner de l’argent” (66%), “Trouver un travail fixe par le biais de l’intérim” (33%), “Parce que c’est mieux que d’être au chômage” (32%), “Avoir un salaire d’appoint” (27%) et “Acquérir de l’expérience dans un autre domaine” (26%).

Sur la base de cette enquête, Federgon distingue cinq groupes d’intérimaires:

  • Les personnes à la recherche d’un emploi fixe

Comme son nom l’indique, cette catégorie de travailleurs (41% des intérimaires interrogés) souhaite surtout trouver rapidement un emploi fixe. Son raisonnement? Il vaut mieux travailler comme intérimaire qu’être sans emploi.

Ces personnes utilisent et apprécient la rapidité et la flexibilité du travail intérimaire lorsqu’il s’agit de subvenir aux besoins de leur famille. Dans ce groupe, on trouve surtout des personnes peu scolarisées (67%). Pour elles, le travail intérimaire représente une bouée de sauvetage et souvent la seule option pour trouver un travail temporaire ou fixe.

Il ne faut donc pas s’étonner que ce groupe affiche un niveau de satisfaction moindre que les autres. Deux personnes interrogées sur dix indiquent ne plus vouloir travailler comme intérimaires à l’avenir, même si cela ne les empêche pas de recommander l’intérim à leurs amis, leur famille et leurs connaissances.

  • Les personnes à la recherche d’un salaire d’appoint

Pour 30% des personnes interrogées, le travail intérimaire est un moyen (rapide) d’obtenir un revenu supplémentaire, d’avoir un emploi flexible combiné à un autre travail ou une formation, ou encore d’acquérir de l’expérience.

La majorité de ces intérimaires ont entre 18 et 24 ans; 11% d’entre eux ont plus de 55 ans. Au sein de ce groupe, 84% des personnes sont satisfaites de l’intérim. Sept travailleurs sur dix souhaitent continuer à travailler comme intérimaire.

  • Les débutants à la recherche d’expérience

Quelque 13% des participants à l’enquête choisissent l’intérim pour acquérir de l’expérience dans leur domaine d’études, trouver un travail fixe, se constituer un réseau professionnel et s’essayer à une variété de domaines d’activité.

La majeure partie de ces intérimaires relèvent logiquement de la tranche d’âge la plus basse. Le taux de satisfaction y est également très élevé, puisque 75% d’entre eux se déclarent satisfaits, voire très satisfaits.

  • Les adeptes de l’intérim

On trouve ensuite le groupe d’intérimaires (11% du total) à la recherche d’un maximum de flexibilité pour s’occuper de leur famille ou pratiquer leur hobby. Pour ces personnes, l’intérim est un choix délibéré et un moyen de gagner (rapidement) de l’argent.

Un tiers de ces intérimaires appartiennent au groupe d’âge 18-24 ans. Trois travailleurs sur cinq souhaitent à l’avenir continuer à travailler dans l’intérim.

  • Les personnes à la recherche d’une valeur ajoutée

Enfin, pour les 6% restants, le travail intérimaire est une façon d’apporter une valeur ajoutée à la société. Il s’agit de travailleurs aimant la flexibilité et qui préfèrent ne pas se lier à un employeur fixe. Étonnamment, 26% des membres de ce groupe font partie de la catégorie d’âge 55-64 ans. Un sur trois se dit très content de son travail en tant qu’intérimaire.

Il est certain que l’intérim est un levier important pour les personnes défavorisées. “Au lieu de rester sur le bord du chemin, ces travailleurs peuvent trouver une porte ouverte vers le marché de l’emploi”, indique-t-on chez Federgon.

L’enquête révèle en outre que le travail intérimaire n’est pas réservé aux personnes moins éduquées: il attire aussi des travailleurs qualifiés, notamment parce qu’il leur permet de se constituer un réseau professionnel, d’acquérir de l’expérience ou tout simplement d’améliorer leurs fins de mois.

Articles connexes