“Nos mentors assurent le suivi pendant le confinement”

Auteur: Partena Professional (HR Provider)
Temps de lecture: 2min

Performance Management

Comment mesurer les performances des travailleurs à domicile sans entraver leur confiance ?

Lire le dossier

 

Les 59 collaborateurs de Cranium, une scale-up de Zaventem, pouvaient déjà télétravailler avant la crise sanitaire. Fin mars, cependant, chacun a dû subitement le faire à temps plein. “Notre système de mentors a apporté une véritable plus-value.”

Cranium, entreprise spécialisée dans la protection de la vie privée, la sécurité et la gestion de données, a mis en place un suivi intense de son personnel pendant la période de télétravail massif. D’abord et avant tout, les managers sont restés en contact étroit avec les membres de leur équipe.

“Ils ont montré une grande compréhension pour la situation personnelle des collaborateurs”, avance Floriane Krug, Talent Manager chez Cranium. “Surtout pour ceux qui avaient des enfants en bas âge et pour lesquels le télétravail n’était pas évident.”

Flexibilité accrue

Cranium a laissé davantage de flexibilité durant les heures de travail afin que les collaborateurs puissent adapter au maximum leur agenda à leur situation privée. Si nécessaire, les réunions en ligne étaient modifiées ou déplacées. Et le département RH sondait régulièrement l’état d’esprit de chacun.

“J’appelais nos collaborateurs, qu’ils travaillent à domicile ou soient en chômage temporaire”, illustre Floriane Krug. “Tous les entretiens d’évaluation prévus se sont déroulés de cette manière. Nous avons ainsi mis en place un suivi constant.”

Mentors

Les collaborateurs ont fait preuve d’une grande solidarité. Cranium avait déjà adopté un système de mentors avant la crise. “Chez nous, tous ceux qui ont des affinités avec le people management peuvent s’engager sur cette voie”, confirme Floriane Krug. “Les mentors sont des sparring-partners pour les autres collaborateurs, à la fois caisses de résonance et interlocuteurs pour des questions et préoccupations plus personnelles.”

Les mentors jouent un rôle de coach pour leurs collègues et discutent avec eux de leur situation, par exemple de la réalisation de certains objectifs personnels. En cas de besoin, les mentors livrent un feed-back au management ou au département RH. Un système qui a perduré pendant la période de quarantaine.

Motiver et encourager

La scale-up a lancé plusieurs initiatives afin d’accroître la motivation de ses collaborateurs. “Nous leur avons envoyé des cartes postales, de petits œufs en chocolat durant la semaine de Pâques et des apéro-boxes afin d’égayer les réunions en ligne”, sourit Floriane Krug.

Côté teambuilding, Cranium a organisé des cours de cuisine et des pauses café ou déjeuner en ligne. Les collaborateurs ont ainsi pu maintenir leurs contacts tant formels qu’informels.

“Nous leur avons également adressé une newsletter hebdomadaire avec toute l’actualité de l’entreprise et de petites anecdotes personnelles”, poursuit Floriane Krug. “On y trouvait notamment une photo du ‘travailleur à domicile de la semaine’. Nous avons tenté de suivre et de réunir autant que possible nos collaborateurs pendant la tempête. Et je suis convaincu que nous en sortirons plus forts.”

“Chez nous, ceux qui ont des affinités avec le people management peuvent s’engager dans un rôle de mentor.”

 

Floriane Krug, Talent Manager chez Cranium

Articles connexes