Motiver ses collaborateurs en 2021 : trois managers RH témoignent

Auteur: Partena Professional (HR Service Provider)
Temps de lecture: 5min

Lire plus de témoignages ?

Vous voulez lire plus de témoignages? Alors téléchargez notre Magazine Entreprendre. 

Téléchargez le Magazine Entreprendre

Si tout se passe comme prévu et que la campagne de vaccination produit les résultats escomptés, nous pourrions retrouver notre liberté cette année. En attendant, il faudra continuer de garder nos distances, de porter des masques et de pratiquer au maximum le télétravail.

Ces sacrifices étant importants, nous avons demandé à trois responsables des ressources humaines quelles mesures ils ont mises en place pour maintenir la motivation de leurs employés.

“Nous ne remercions jamais assez”

Sven Hubin, Head of Employer Branding pour la chaîne de supermarchés Lidl

“Depuis le premier confinement en mars dernier, nos employés dans les magasins et centres de distribution ont été très occupés. Pour les motiver, nous vérifions d'abord qu'ils peuvent travailler en toute sécurité et que le nombre de collaborateurs est toujours suffisant. Durant les périodes chargées, on compte parfois un millier d'employés supplémentaires dans les magasins. À l'entrée de chaque point de vente, un steward désinfecte les chariots et invite les clients à respecter les mesures d'hygiène.”

“Nous n'hésitons pas à remercier et à valoriser nos employés pour leur travail, tant financièrement que par des actions symboliques. Par exemple, pendant la période de fin d'année, traditionnellement la plus chargée de l'année, nous avons organisé un grand ‘Merci Tour’. Les membres de la direction régionale se sont rendus plus souvent dans les filiales pour parler aux collègues et leur offrir un cadeau de fin d'année. De ces discussions, nous avons tiré des enseignements utiles pour améliorer encore le bien-être de nos collègues.”

“Enfin, nous sommes conscients que cette crise a été très longue et que l'adrénaline du début s'est dissipée. À présent que le mois de janvier est quasiment fini et que le calme est quelque peu revenu, nous encourageons nos employés à prendre les jours de congé supplémentaires qui leur ont été accordés, pour reprendre leur souffle.”

“En communiquant de manière intensive, nous avons pu réduire la distance”

Katleen Daems, directrice des ressources humaines du fournisseur d'énergie Luminus

 

“Depuis le début de la crise du coronavirus, nous communiquons beaucoup plus intensément avec nos employés. Alors que nous avions l'habitude d'envoyer des courriels et de diffuser des messages par le biais de bulletins d'information, nous nous engageons à présent dans une plus grande interaction, afin de rapprocher les employés plus rapidement, même à distance. La plupart de nos collègues connaissent bien les nombreux outils de communication en ligne et les utilisent à bon escient. Nous voulons absolument poursuivre sur cette voie après la crise. Nous réfléchissons déjà à ce que sera la ‘nouvelle norme’ et à la manière dont nous pourrons intégrer ces pratiques positives et cette communication rapide dans notre organisation.”

“Cette année, nous travaillons également sur la résilience. Grâce à des séances de ‘boosting’, nous proposons aux employés des techniques pour faire face plus efficacement à un monde en mutation. Ce ne sera sans doute pas la dernière crise que nous connaîtrons. Et parce que ce sont souvent les petites choses qui font la différence, nous invitons nos employés à partager leurs propres expériences via Yammer, le réseau social des entreprises. Nous remarquons en effet que beaucoup d’entre eux ont imaginé des moyens de rester motivés en ces temps difficiles. Certains ont tourné une vidéo illustrant la façon dont ils se détendent entre deux réunions, d'autres ont affiché une photo de leur lieu de travail décoré de guirlandes de Noël et d'objets personnels. Tout cela est très inspirant!”

 

“Il y a belle lurette que nous aurions dû supprimer le travail du week-end: les employés sont plus heureux maintenant”

Leen Beyens, responsable des ressources humaines de StarMeal - The Foodmaker

“Lorsque la crise du coronavirus a éclaté, tous nos restaurants ont dû fermer leurs portes et notre chiffre d'affaires a chuté de 12%. Un coup dur pour tout le monde. Heureusement, nous avons vite compris qu'il fallait regarder devant nous. Des équipes venues de plusieurs départements ont commencé à réfléchir à une offre numérique. Deux semaines plus tard à peine, les ‘vedge bags’, des boîtes de repas frais livrées à domicile ou au bureau, étaient nés. Le fait que nous ayons pu réaliser ce projet en équipe et le transformer en succès si rapidement nous a donné une énergie considérable. Nous avons littéralement vu les gens s'épanouir. C'est quelque chose que je veux absolument retenir pour l'avenir: si nous impliquons nos employés, nous nous en porterons mieux à tous les niveaux.”

“Afin de maintenir la motivation de nos collaborateurs, nous essayons aussi de travailler plus souvent en mode projet. Pour chaque nouveau projet, nous désignons une nouvelle équipe et un nouveau responsable. Pour ce faire, nous examinons davantage les talents des employés que le rôle qu'ils jouent actuellement dans l'organisation. Ces projets n'apportent pas seulement de la variété au travail: ils sont très instructifs. Simplement parce qu'ils sortent les employés de leur quotidien.”

“Enfin, la crise m'a appris qu'il ne faut pas s’avouer trop vite vaincu. En 2019, la suppression du travail le week-end était déjà sur la table, mais pour toutes sortes de raisons, nous avions estimé que cela ne marcherait pas. En planifiant mieux et en prenant de meilleures dispositions, nous avons pourtant réussi à lancer ce projet pendant la crise. Résultat? Nos employés sont plus calmes et plus heureux, maintenant qu'ils peuvent passer tous leurs week-ends en famille. L'accent placé sur ‘un esprit sain dans un corps sain’ a toujours été l'une des forces de StarMeal - The Foodmaker. Lorsque la crise sera terminée, nous le ferons avec encore plus d'insistance. Nous réfléchissons déjà à un certain nombre de ‘défis sains’ que nous désirons nous fixer, à nous comme à nos employés."