Les travailleurs belges devaient encore prendre en moyenne 7 jours de congés légaux au dernier trimestre

Auteur: Wim Demey (Customer Intelligence Manager)
Temps de lecture: 4min

Bruxelles, le 11 décembre 2020 - Dans une nouvelle analyse, Partena Professional s’est intéressé à l’impact du coronavirus sur l’absentéisme, les heures prestées et les jours de congé de 154 514 travailleurs belges actifs dans tous les secteurs de l’économie. Le constat est frappant : à la fin du troisième trimestre 2020, les travailleurs belges disposaient en moyenne d’encore 7 jours de congés légaux à prendre impérativement avant la fin de l’année. À la même époque en 2019, les travailleurs disposaient de 4 jours de congés légaux restants.

Des jours de congés légaux à prendre d’urgence

Selon les chiffres de Partena Professional, les travailleurs belges devaient en moyenne prendre encore 7 jours de congés légaux au cours du dernier trimestre de 2020. À la même époque en 2019, les travailleurs n’avaient en moyenne plus que 4 jours de congés légaux à prendre durant les 3 derniers mois de l’année. Cette différence s’explique par la grande diminution des jours de congés légaux pris par les travailleurs au cours du deuxième trimestre 2020. Si le troisième trimestre 2020 a vu la tendance repartir à la hausse, le retard à résorber est encore conséquent. Pour rappel, ces jours de congés légaux doivent impérativement être pris par les travailleurs avant la fin de l’année.

« Les travailleurs belges ont été réticents à prendre des vacances pendant les périodes de confinement et de fermetures des entreprises que nous avons connues en 2020. Cela a entraîné un basculement de ces jours de congés vers la fin de l'année, ce qui implique que de nombreux travailleurs ont encore un nombre conséquent de jours de congés légaux à prendre. Ceux-ci devant impérativement être pris avant la fin de l’année, il s’agit là d’un élément important pour les employeurs », explique Wim Demey, Customer Intelligence Manager chez Partena Professional

Le chômage temporaire dix fois plus élevé qu’en 2019, des heures prestées en forte baisse

L’impact du coronavirus s’est également fait ressentir au niveau des heures prestées par les travailleurs belges. Lors des trois premiers trimestres de 2020, les heures prestées ont diminué de 8,05 points de pourcentage par rapport à 2019. Au troisième trimestre 2020, les heures prestées ont diminué de 4,5 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2019, passant de 69,3% à 64,8% de toutes les heures prestables.  

« Cette baisse des heures prestées est principalement due au chômage temporaire. Le pic de 19,58% de chômage temporaire observé lors du deuxième trimestre de cette année est sans doute derrière nous, mais celui-ci représentait encore 5,51% de toutes les heures de travail prestables au troisième trimestre. C'est dix fois plus qu'au troisième trimestre de 2019 où il ne s’élevait alors qu’à 0,54%. », précise Wim Demey.

Cette année, le chômage temporaire a représenté 10.08% des heures de travail prestables, contre 0,72% en 2019.

L’absentéisme reste stable, moins d’heures de grève

Dans l'ensemble, le taux d'absentéisme pour cause de maladie se situe aux alentours du niveau de 2019 (8.23% de toutes les heures prestables en 2020 correspondaient à des congés maladie), soit une diminution de 0,11 points pourcent par rapport à 2019).

Partena Professional constate également une légère augmentation de 0,07 point de pourcentage des congés de circonstance par rapport à l'année dernière, qui passent de 0,30% à 0,37% de toutes les heures prestables en 2020. Cela s’explique notamment par le fait qu'un plus grand nombre de salariés y recourent en cas de fermeture d'école ou de mise en quarantaine de membres de leur famille. Cette augmentation se constate tant chez les hommes que chez les femmes.

La crise du coronavirus a également eu un impact sur le nombre d'heures de grève recensées, qui sont passé de 0,05% de toutes les heures prestables en 2019 à 0,01% en 2020.

Dans le cadre de cette étude, Partena Professional a analysé les prestations et les absences de 154 514 travailleurs (anonymisés), actifs dans tous les secteurs de l’économie. Les chiffres de cette analyse comparent toujours les heures d’absence et/ou de travail par rapport aux nombre total d’heures prestables.

Articles connexes