Le télétravail ET les enfants à la maison

Auteur: Julie, coach RH (Partena Professional)
Temps de lecture: 13min

Travailler de la maison tout en élevant ses enfants et en leur faisant cours en ces temps de Coronavirus...

Comment s’organiser pour que ces semaines soient à la fois efficaces et agréables ? Comment structurer son horaire de travail ? Quelques pistes pour que vous puissiez poursuivre vos activités professionnelles maintenant que les enfants aussi sont à la maison. Car tous les parents le savent : il ne suffit pas de fermer la porte derrière soi pour profiter de 8 heures de calme.

Commençons par une série d’éléments à garder à l’esprit pour vous aider à retrouver votre patience en cette période particulière. Avant d’enchaîner sur quelques conseils pratiques, utiles et amusants pour huiler un peu les rouages du télétravail. Et surtout bon courage !

Grandir. Et le coronavirus ?  

 Représentez-vous un chiot débordant d’enthousiasme. Un chiot pataud qui gambade et s’emberlificote parfois dans ses pattes trop grandes. Tout heureux de vous voir, il frétille de la queue, renversant tout ce qui est à sa portée. Cela vous rappelle quelque chose ?

Les enfants sont exactement pareils. Sans vraiment contrôler leurs mouvements (jusqu’à l’âge de 10 ans environ) et plus tard leur comportement (à la grosse louche, les 10 années suivantes), ils essaient de toutes leurs forces de nous imiter. Ils font des erreurs, tombent, se relèvent… et ré-essayent. Chaque jour, ils s’en sortent un peu mieux. Et puis tout à coup, comme si grandir ne suffisait pas, voilà le coronavirus qui débarque...

Les écoles ferment. Les petits sont obligés de rester à la maison. Sans leurs professeurs et sans leurs copains. Ce n’est pas rien pour un enfant. Et vous, ses parents, êtes son seul repère en cette période troublée.

Vous êtes une héroïne, un héros. 

Ne vous fâchez pas, expliquez.

« Je peux avoir un biscuit ? Tu viens jouer ? Quand est-ce qu’on mange ? Je peux regarder la télé ? Je m’ennuie...» Et tous les autres petits moments qui mettent votre patience à rude épreuve. On dirait presque qu’ils font exprès de venir vous déranger. Et pourtant, pas du tout ! Au contraire… Votre plus grand fan vous aime. Vous êtes son héroïne, son héros. L’exemple à suivre entre tous.

Cultivez soigneusement cet état d’esprit. Travaillez votre sérénité et votre patience. Surtout, ne vous fâchez pas. Tant que les enfants ne comprennent pas ce qu’ils doivent faire autrement, se mettre en colère ne sert tout simplement à rien. Expliquer, par contre… Encore et encore.

Renforcer les comportements positifs reste le meilleur moyen d’obtenir des résultats. Allez puiser dans votre vocabulaire le plus gentil, encouragez votre enfant et félicitez-le pour sa conduite. Vous n’en ferez jamais trop. Votre enfant ne vous laisse pas tranquille ? Faire des câlins, ça fonctionne, à tous les âges. Ils sont rassurés et peuvent ensuite reprendre le cours de leur vie.

Le coronavirus, c’est compliqué pour tout le monde. Indulgence est le mot clé.

Tout à coup, la situation a changé pour chacun d’entre nous. C’est sympa d’être tous ensemble, oui. Mais parfois, la coupe déborde. Soyez indulgents les uns envers les autres et discutez régulièrement de ce qui se passe bien et de ce qui peut être amélioré. Un conseil qui s’applique à la maison avec votre partenaire et vos enfants, mais aussi au travail : parlez avec vos collègues ou votre personnel.

Essais et erreurs seront inévitables les premiers jours de ce cataclysme inattendu. Ce n’est pas en un jour que vous trouverez le bon équilibre à la maison, et encore moins un planning de travail efficace. Il y aura quelques tâtonnements. 

La quarantaine en pratique : impliquez vos enfants dans la solution.

Ne considérez pas vos enfants comme un problème mais comme une partie de la solution. Vous avez la chance de les avoir avec vous. Réjouissez-vous et profitez du fait que vous avez une famille. Un très grand nombre de personnes vivent seules et se sentent isolées.

  • Le travail d’équipe, ça commence à la maison.

Notre planète est à l’arrêt. Essayons ensemble d’en tirer le meilleur parti possible. Vos chères enfants se feront un plaisir de contribuer. Quel que soit leur âge. En plus des directives, travailler à la maison avec des petits s’apparente, en traduction libre pour les jeunes enfants, à « combattre le dragon le plus terrifiant qui soit ».

Expliquez-leur que vous devez relever un défi vraiment difficile et demandez-leur ce qu’ils veulent faire pour vous aider à vous acquitter de cette mission, « tuer ce terrifiant dragon ». Si vous êtes une grande héroïne ou un grand héros et que vous souhaitez répartir les responsabilités, de leur côté, vos enfants tiennent certainement à être des héroïnes ou des héros en herbe.

Jouez franc jeu avec vos enfants. Parlez-leur sans fard.

L’important, c’est qu’ils comprennent pourquoi à certains moments vous pouvez les écouter ou jouer à des jeux et pas à d’autres. Apprenez-leur la différence entre « temps de travail » et « vie de famille ».

Expliquez-leur par exemple que vous n’êtes pas disponible de 8 h à midi et/ou de 13 h à 17 h, contrairement à ce qu’il se passe le week-end. Il n’y a rien de mal à cela. Vos enfants apprennent ainsi que l’argent ne pousse pas dans les arbres, mais que vous devez faire des efforts pour l’obtenir. La morale de l’histoire, car ils l’assimilent aussi, c’est que les personnes qui restent positives et qui cherchent ensemble des solutions s’en sortent.

  • Vos enfants ne savent pas encore lire l’heure ?
    Trouvez un autre signal pour indiquer votre temps de travail. Ils ne peuvent pas vous déranger tant que la lampe est allumée, le rideau baissé ou la radio débranchée. Si la lampe est éteinte, le rideau relevé, la porte ouverte ou la radio allumée, votre temps de travail est terminé. Aucun malentendu possible.
     
  • Besoin de structure ? Servez-vous de l’iPad comme d’une cloche d’école. Réglez le chronomètre avec vos enfants. Une sonnerie pour démarrer la journée de travail. Une autre pour une courte récréation, qui est aussi votre pause-café. Une autre encore pour le dîner, une pour la deuxième partie de la journée, et une pour la fin de la journée de travail. Ces sonneries marchent extraordinairement bien. Sans compter que vous ne devez plus répéter sans fin la même chose, ou en tout cas beaucoup moins. Lorsque vous vous apprêtez à regagner votre bureau, les enfants n’y voient plus un rejet, mais simplement le fait que le moment est venu de s’y remettre. Fin de la discussion.
     
  • Comme votre travail, l’école se poursuit. Vous devez parfois mettre la main à la pâte. Il y a des devoirs à faire. Mais pas assez pour remplir une journée complète. Accordez vos agendas. Fixez à l’avance avec vos enfants les moments où ils doivent faire leurs devoirs ou étudier leurs leçons. Spontanément, vous vous dites : les devoirs le matin, le délassement l’après-midi. Sachez cependant qu’après un moment d’amusement, certains enfants s’attaquent tout aussi volontiers à leurs obligations.

 

Shifts et plannings. Des horaires qui concordent.

Utilisez-le temps à votre avantage. Votre planning variera en fonction de la taille de votre famille et de l’âge des enfants. Examinez ou discutez des possibilités sur le plan professionnel. Devez-vous absolument travailler de 9 à 5 ? Ou bien le rythme italien de 8 à 13 et de 16 à 20 vous convient-il mieux ? Avec un dîner en famille qui s’étale un peu entre ces deux plages d’activité. Testez la séquence la plus appropriée pour vous et votre travail. Et vous, mesdames et messieurs les employeurs, n’oubliez pas que les parents d’enfants en bas âge ne travaillent pas aux mêmes horaires que ceux qui ont des ados à la maison. Même s’ils exigent tous beaucoup d’attention, chacun à leur manière.

 

  • Vous êtes deux parents à la maison ? Vous pouvez convenir d’un tour de rôle en fonction de votre agenda de travail. Par exemple, le matin, les enfants s’adressent à papa, et l’après-midi, à maman. La maman peut donc se concentrer sur ses tâches les plus difficiles en matinée. Et l’après-midi, c’est au tour du papa.
     
  • Si vos enfants sont encore trop petits pour jouer seuls, allongez votre journée : levez-vous plus tôt le matin. Ou allez vous coucher plus tard le soir. Dans les deux cas, le calme qui règne à la maison vous fera du bien. Programmez aussi le travail le plus compliqué, les conférences par Skype ou les appels téléphoniques pendant les siestes de vos petiots.
     
  • Coparentalité ? Efforcez-vous d’être aussi correct que possible l’un avec l’autre et de répartir équitablement les jours de garde ou les coûts correspondants.
     
  • Parent isolé ? Vos enfants sont probablement plus habitués à se débrouiller seuls à la maison. Dans votre cas aussi, les matinées ou soirées de travail sont une solution. Essayez de respecter au mieux votre biorythme. Faites particulièrement attention à vous et demandez de l’aide à des amis ou à des voisins. Peut-être y en a-t-il qui seront d’accord de cuisiner pour vous deux fois par semaine ?
     
  • L’union fait la force. Joignez l’utile à l’agréable !

À parents heureux, enfants heureux, et inversement. Les enfants sont une partie d’un tout, une famille est un système qui fonctionne bien. Et si quelque chose coince dans ce mécanisme, nous prenons soin les uns des autres, chacun assumant sa part. Dites-le quand vous avez besoin d’un petit coup de pouce, proposez plusieurs idées et laissez vos enfants choisir.

« Maintenant que je travaille à la maison, on mange ensemble à midi, c’est très sympa, mais après, j’ai besoin de la table, car elle me sert de bureau. Si vous m’aidez, je termine mon travail plus vite et on peut faire une chouette activité : qui veut mettre la table ? Qui veut débarrasser ? »

Demandez à vos enfants de réfléchir à une courte activité qui leur plaît pour chaque jour de la semaine. Jouer au jeu des sept familles, préparer des pizzas ensemble, organiser une course-relais dans le jardin, faire une demi-heure de yoga dans le salon, etc.

Plus personne ne peut venir faire le ménage mais toute la famille est à la maison à temps plein, il faut donc ranger et nettoyer plus que d’habitude. L’union fait la force. Si chaque membre de la famille fait une chose en plus chaque jour, le cadre de vie reste propre et agréable pour tout le monde. « Qui veut passer l’aspirateur ? Qui veut faire la lessive ? » Demandez à chacun de choisir un jour de la semaine pour vider le lave-vaisselle. Ce qu’on apprend au berceau dure jusqu’au tombeau.

  • Confiez la partie « eau » du ménage à vos enfants. Pour ceux et celles qui habitent en ville : demandez-leur de s’occuper de la salle de bains et de la cuisine. Laissez-les prendre du bon temps. Si vous habitez à la campagne, il y a du travail à l’extérieur : confiez-leur le nettoyage des fenêtres, des meubles de jardin ou des vélos sous ce beau soleil printanier. N’espérez pas la perfection, par contre, ils s’amuseront beaucoup avec l’eau. Pendant ce temps, vous pourrez certainement avancer un peu dans votre travail sans être trop dérangé. Sans compter qu’ils se laveront les mains avec le reste.

Une fois que le travail pour l’école est fini, la solution la plus facile, ce sont encore les écrans. L’occasion idéale de garder le contact avec les copains. Il se peut aussi que vos enfants décident de faire quelque chose : préparer des crêpes, peindre des t-shirts, dessiner des cartes postales, bouger les meubles dans leur chambre (nous dirions ranger), coudre des masques ou cuisiner des plats simples pour leurs parents qui travaillent (vous !), aller faire une course pour une personne âgée, laver la voiture d’un voisin, etc. Conseil : cuire du pain en famille, c’est un vrai plaisir pour chacun et chacune !

Laissez entrer le printemps !

N’oubliez pas que tout passe dans la vie... Même le coronavirus... En attendant, prévoyez des moments pour prendre l’air et bouger un peu dans votre environnement proche. Chaque jour, programmez une session d’exercice en famille, juste avant le déjeuner ou le dîner ou à la fin de la journée de travail. Vous êtes ensemble. Profitez du printemps, allez  faire un jogging ou du skate sur le trottoir pendant 30 minutes. Ou plus simplement, une séance de danse dans le salon. Bouger, c’est bon pour le système immunitaire ! Ouvrez toutes grandes les fenêtres et accrochez les draps blancs dehors, chantez avec vos voisins et prenez soin les uns des autres… Et surtout restez chez vous, et en bonne santé !

 

Articles connexes