Le marché de l’emploi se diversifie : 16,9% des travailleurs en Belgique sont de nationalité étrangère

Auteur: Wim Demey (Customer Intelligence Manager)
Temps de lecture: 3min

Bruxelles, le 22 octobre 2021 – Dans une nouvelle étude, Partena Professional s’est intéressée à l’évolution du nombre des travailleurs étrangers en Belgique depuis 2012. Impact du Brexit et du coronavirus, diminution des Italiens et Britanniques, afflux de travailleurs venant de France et des pays de l’Est, Partena Professional fait le point sur les principales tendances chez nous.

Alors que le Royaume-Uni s’inquiète de ses capacités d’approvisionnement à la suite du départ d’une bonne partie de sa main d’œuvre étrangère, Partena Professional fait le point sur la situation actuelle des travailleurs étrangers en Belgique. Et dresse un premier constat général : en 2012, 15,4% des travailleurs actifs en Belgique n’étaient pas de nationalité belge. Ce chiffre s’élève désormais à 16,9%.

Effet Brexit ?

Le Brexit semble avoir eu un impact. Si les travailleurs britanniques étaient déjà en forte minorité en Belgique avant que Londres ne quitte l’Union, ils font désormais presque figure d’exception : ils sont passés de 0,36% des travailleurs actifs en 2012 à 0,25% aujourd’hui. Cette diminution s’est cependant observée au fil des années, et pas uniquement depuis l’annonce du retrait du Royaume-Uni.

Les travailleurs italiens sont les seuls à avoir connu une diminution plus importante : de 2,5% en 2012 à 2,09% aujourd’hui.

Ce sont les travailleurs français qui les ont en partie remplacés, passant de 3,43% à 3,83% de tous les travailleurs. Les Français sont d’ailleurs les travailleurs étrangers les plus présents sur notre territoire. Les travailleurs provenant de tous les pays non européens représentent quant à eux 3,9% du total aujourd’hui.

Si le Brexit a eu un impact négatif sur la main d’œuvre venant des pays de l’Est au sein même du Royaume-Uni, la tendance inverse semble se dessiner en Belgique, même si elle s’observe depuis 2012 déjà. Par exemple, le nombre de travailleurs venant de pays tels que la Roumanie ou la Bulgarie a doublé en 10 ans (+93%), passant de 1,39% à 2,68% du total.

Exception notable à ce constat : la Pologne. Le nombre de travailleurs polonais en Belgique était en hausse de 2012 à 2017 (de 0,8% à 1%) mais diminue fortement depuis et est même retombé à 0,85% cette année.

« Les travailleurs étrangers représentent une partie très importante de notre économie. Si les bouleversements sociétaux qu’ont été le Brexit et le coronavirus ont eu un impact différencié sur leur nombre en Belgique, nous ne devrions pas connaître une situation similaire à l’exode britannique. Nous observons d’ailleurs une grande augmentation des travailleurs venant des pays de l’Est. La Pologne fait figure d’exception, et c’est notamment lié au développement social et salarial que connaît le pays, qui permet à ses travailleurs de trouver de bons emplois dans leur pays », explique Wim Demey, Customer Intelligence Manager chez Partena Professional.

L’étude de Partena Professional a été effectuée sur base d’un échantillon représentatif de plus de 260 000 travailleurs actifs en Belgique, de 2012 à 2021. Les chiffres de ce communiqué indiquent le pourcentage de travailleurs n’étant pas de nationalité belge par rapport à tous les travailleurs de l’échantillon.

Articles connexes