La fin du télétravail obligatoire se profile

Auteur: L'Echo (07/02/2022)
Temps de lecture: 3min

Parmi les assouplissements débattus lors du Codeco de vendredi, la fin du télétravail obligatoire. Le principe est acquis, nous dit-on, mais il reste à s'accorder sur le timing.

 

Ce vendredi, à l'heure où le Comité de concertation se réunira pour décider de l'opportunité d'assouplir un peu plus les mesures covid, cela fera exactement 83 jours que le télétravail est obligatoire quatre jours par semaine. Entrée en vigueur le 20 novembre dernier, la mesure aura traversé les vagues Delta et Omicron.

Mais sa fin semble toute proche. Ce sera au Codeco de trancher, et d'ici là on sait que tout peut arriver, mais il nous revient à plusieurs sources que le principe est acquis: le télétravail obligatoire ne sera bientôt plus qu'un (bon ou mauvais) souvenir.

 

Reste à savoir quand. Les discussions des prochains jours au kern et entre entités fédérées devraient à ce sujet porter essentiellement sur l'organisation du "phasing out". Relâcher complètement ou maintenir une période tampon? Le Commissariat corona plaide pour une sortie progressive de l'obligation de télétravail. Mais la Flandre, notamment, voudrait y mettre fin le plus vite possible.

Puisque les chiffres continuent à évoluer dans le bon sens, il semble acquis que le baromètre qui guide les mesures dans les secteurs des loisirs sera repositionné du code rouge vers l'orange. Des assouplissements, mais pas le grand relâchement. Certains poussent pour aller plus loin, en code jaune. Mais cela semble prématuré.

 

Trois jours par semaine

La question du télétravail n'est pas reprise dans le baromètre, mais la volonté existe d'avancer progressivement pour l'ensemble des assouplissements. "Il faut rester cohérent. On ne peut pas tout lâcher d'un coup. Les entreprises restent un lieu important d'infections. Si on y va trop vite, les courbes vont repartir à la hausse, ce qui retardera le passage en code jaune", explique une source proche des discussions.

La proposition sur la table est de commencer par une obligation de trois jours par semaine, et d'éteindre progressivement l'obligation, en lien avec le cap fixé par le baromètre pour les autres secteurs.

Du côté des entreprises, en tout cas, on trépigne. "Si les chiffres continuent à aller dans le bon sens, il ne sera pas possible de justifier des assouplissements pour tout ce qui concerne la vie hors du travail, mais de maintenir le télétravail obligatoire", prévient l'administrateur délégué de la FEB, Pieter Timmermans. Selon lui, il y va du bon fonctionnement des entreprises et de la santé mentale des travailleurs. "Des réunions importantes se tiennent en début d'année, en matière d'investissements et de stratégie. Et de plus en plus de gens disent qu'ils ont besoin de retrouver leurs collègues, tandis que les jeunes recrues doivent pouvoir être intégrées, ce qui est extrêmement problématique actuellement."

 

Articles connexes