“La croissance est plus rapide quand les entrepreneurs peuvent échanger avec leurs pairs”

Auteur: Partena Professional (HR Service Provider)
Temps de lecture: 4min

Une bonne dose de résilience et un resserrement des activités ont permis à la plateforme d’entrepreneurs Connexi de doubler de taille après le premier confinement de 2020. “La crise a mis au jour les difficultés que rencontrent de nombreux entrepreneurs”, estime son fondateur, Bert Vandebuerie.

Connexi est une communauté indépendante de dirigeants de PME qui s’inspirent et s’entraident pour surmonter leurs difficultés. Dans le cadre d’un programme annuel et moyennant une adhésion payante, les participants ont accès à des séances “caisses de résonance” interactives de plusieurs jours avec des collègues entrepreneurs.

Lors de chaque réunion, chaque participant présente un défi concret au groupe. Quelle est l’étape suivante dans la croissance de mon entreprise? Comment renforcer mon image de marque employeur? Comment améliorer notre plan stratégique? Comment cibler certains groupes de clients spécifiques? Comment me perfectionner dans mon rôle de CEO?

Plans d’action et suivi

Le groupe pose ensuite des questions et donne un feed-back. Avec les informations recueillies, chacun établit son propre plan d’action, qui fait l’objet d’un suivi dans le cadre de mises à jour intermédiaires. “Nous créons ainsi une caisse de résonance: les chefs d’entreprise s’écoutent mutuellement et partagent leur expérience”, éclaire Bert Vandebuerie, fondateur de Connexi.  

“Nous ciblons les entreprises qui existent depuis au moins cinq ans et ont déjà dépassé les premiers stades de leur croissance.” Car il existe désormais suffisamment d’alternatives intéressantes pour les start-up, poursuit-il. Et la plus grande maturité des participants favorise la qualité des conseils échangés.

Croissance

En 2020, cinq ans après sa fondation, Connexi a enregistré une croissance de 50%. Une performance d’autant plus notable que ce concept de communauté repose sur les avantages des réunions physiques entre chefs d’entreprise, avec un facilitateur Connexi qui oriente les conversations et les séances en direct.

“Nous avons souffert pendant le confinement”, se souvient Bert Vandebuerie. “Nous avons été contraints de mettre sur pied une série d’alternatives numériques… avant de rapidement constater qu’elles ne correspondaient pas à notre ADN. Le contact en face à face est primordial pour Connexi. Heureusement, nos groupes ‘caisses de résonance’ ont à nouveau pu se réunir physiquement plus tard dans l’année.”

Accélération

C’est à ce moment que le nombre d’entreprises payantes a brutalement doublé, passant de 35 à plus de 70. Des CEO comme Aelbrecht Van Damme (The Harbour), Charline Leroi (Autoglass Clinic), Daan De Wever (Destiny), Tom Bogaert (Onlyhumans) et Ellen Sano (Yuki) sont des membres actifs de la communauté.

Bert Vandebuerie voit deux raisons essentielles à cette accélération subite. D’une part, un “effet corona”. La crise a confronté les entrepreneurs à certains faits et les a encouragés à remettre leurs activités en question. “Face à la crise sanitaire, de nombreux CEO ont surmonté leurs scrupules à demander de l’aide. Ils ont compris qu’ils ne devaient pas nécessairement relever seuls leurs défis et que, souvent, ils s’en sortiraient plus rapidement en discutant avec des pairs.”

Ciblage

D’autre part, Connexi a resserré son champ d’activité pour s’adresser à un public plus restreint. “Pendant plusieurs années, nous avons proposé nos services à tous les entrepreneurs, quel que soit le format”, indique Bert Vandebuerie. “Y compris, par conséquent, aux free-lances et aux starters.” Une clientèle beaucoup trop large. À l’époque, certaines personnes s’inscrivaient pour un seul événement.

“En nous concentrant sur des PME occupant jusqu’à quelques centaines de salariés, mais aussi en proposant un concept annuel avec plusieurs événements, nous avons renforcé notre modèle économique et nos revenus. C’est ce qui nous a sauvés pendant la crise sanitaire.”

Avenir

Connexi veut à présent poursuivre sur le même élan. L’ambition à court terme est d’atteindre les 100 membres payants. Et la plateforme lorgne prudemment l’étranger.

“Nous pourrions par exemple organiser des séances de groupes composés pour moitié d’entrepreneurs belges et pour moitié d’entrepreneurs néerlandais”, illustre Bert Vandebuerie. “Ce serait très enrichissant pour les deux parties: elles pourraient mieux comprendre leurs différences culturelles, dans leur manière de communiquer comme de gérer une entreprise.”

Articles connexes