D’imprimeur à créateur de webshops en moins d’une semaine

Auteur: Partena Professional (HR Provider)
Temps de lecture: 3min

On est probablement moins créatif quand les affaires tournent bien.

Stijn Bevernage, gestionnaire de l’imprimerie Geprint

Les rotatives tournent à plein régime, les commandes sont expédiées les unes après les autres, les clients ne cessent d’entrer dans l’imprimerie de Stijn Bevernage… Business as usual. Puis survient la crise du coronavirus et rien (ou presque) n’est plus pareil. Alors Stijn se réinvente, pour devenir créateur de webshop.

C’est dans une petite rue du centre-ville de Malines que se trouvent les ateliers et le magasin de Stijn Bevernage. Mais la porte de l’imprimerie numérique Geprint est close depuis quelques semaines déjà. “Je gère une imprimerie qui produit en petites quantités. Un créneau qui m’offre la possibilité de répondre aussi bien à la demande des particuliers qu’à celle des entreprises. Depuis l’arrivée du coronavirus, cependant, tout a basculé.”

80% du chiffre d’affaires sur pause

Stijn emploie une personne à plein temps et s’apprêtait à accueillir deux stagiaires. “Ma collaboratrice est en chômage technique, les stages ont été reportés et je me retrouve seul devant les machines. Enfin, pour réaliser ce qui reste de mon chiffre d’affaires”, soit à peine 20%, estime l’entrepreneur. “Les commandes venant de particuliers et d’étudiants sont moins impactées par rapport à celles de mes clients B2B, qui ont majoritairement annulé ou reporté le travail. Et les contacts clients se font maintenant par vidéo. C’est nettement moins efficace lorsqu’il s’agit de choisir un papier ou un type de finition.”

Se réinventer immédiatement

L’homme est un entrepreneur dans l’âme. Son premier réflexe a donc été de regarder autour de lui, et surtout de faire appel à ses autres compétences. “J’ai 20 ans d'expérience dans la conception de sites web. Les neuf derniers ont fait passer ce point au second plan avec le lancement de Geprint. En tant que commerçant, cette période de confinement m’a ouvert les yeux sur le nombre important de confrères retail qui n’avaient pas encore franchi le pas de l’e-commerce. C’était à mes yeux un défi à relever, afin de tenter de garder le commerce local en activité.”

Opérationnel en quelques jours

Sur le plan technique, Stijn fut rapidement en place. “Un laptop, mon savoir-faire et ma connaissance du marché m’ont permis d’être opérationnel en quelques jours pour démarrer le site www.mijnonlineshop.be.” Depuis son lancement, la plateforme accueille une à deux nouvelles demandes par jour, et une dizaine de webshops sont dans le pipeline. “Un chocolatier, des boutiques de mode, des restaurants… La majorité d’entre eux ont un jour pensé à l’e-commerce sans prendre le temps de passer à l’action. On est probablement moins créatif quand les affaires tournent bien.”

Il n’est jamais trop tard

Le plan de Stijn est double: se réinventer en cette période exceptionnelle et aider ses confrères à lancer leur commerce en ligne en un temps record. “Grâce à une plateforme multilingue semi-automatisée, le développement technique du shop prend à peine une demi-journée. Ensuite, la balle est dans le camp du commerçant. Je règle également le volet juridique en collaboration avec un avocat spécialisé.”

Articles connexes