Croissance du nombre d'indépendants complémentaires : les femmes et les pensionnés augmentent de 25 %

Auteur: Partena Professional (HR-service provider)
Temps de lecture: 5min

Envie de sauter le pas ?

Créez et gérez votre activité avec notre guichet d’entreprises en ligne.

Contactez-nous

La passion plutôt que l’argent comme principale motivation pour démarrer une activité

Les activités complémentaires ont le vent en poupe. Ce sont surtout les pensionnés et les femmes qui contribuent à cette croissance spectaculaire. Il ressort également d’une enquête du secrétariat social Partena Professional que la passion est la principale motivation qui pousse les uns et les autres à se lancer dans une activité complémentaire.

Les femmes et les pensionnés en tête

Le nombre de personnes exerçant une activité comme indépendant dans notre pays, soit complémentaire, soit après la pension, a augmenté de pas moins de 15,59% au cours de ces 5 dernières années. Le secrétariat social Partena Professional s’est livré à une analyse des chiffres publiés par l’INASTI et a mené une enquête auprès des affiliés indépendants complémentaires et des pensionnés.

Il en ressort que ce sont les pensionnés et les femmes qui s’essaient de plus en plus à une activité complémentaire. Les hommes pensionnés enregistrent une croissance de pas moins de 25,1%, suivis de près par les femmes pensionnées (+24,1%) et par les femmes qui démarrent une activité complémentaire (+23%). Chez les hommes qui exercent une activité complémentaire, la croissance n’est que de 5,7%.

L’argent ne fait pas le bonheur

Quelle est l’origine de cette étonnante croissance ? Globalement, il semble que la passion soit la principale motivation. Pas moins de 3 % des personnes exerçant une activité complémentaire et des pensionnés l’évoquent comme raison pour démarrer une activité indépendante. Les femmes semblent d’ailleurs les plus passionnées : 36% des femmes exerçant une activité complémentaire et 48% des femmes pensionnées affirment que c’est la passion qui est le principal moteur de leur activité. 

La satisfaction personnelle est de toute manière un avantage important de l’activité pour chaque personne sondée : c’est ce qu’indiquent 77% des personnes exerçant une activité complémentaire et 78% des pensionnés. « Pourquoi ce sont précisément les femmes et les pensionnés qui évoquent le plus cette passion ? Il pourrait s’agir d’une répartition hommes-femmes traditionnelle, affirme Bruno Debuysscher, Operations Director chez Partena Professional. Là où les hommes se voient plus souvent comme ‘le soutien de famille’, les femmes et les pensionnés se sentent peut-être plus libres de donner la priorité à ce qui leur tient à cœur. »

Mais il y contribue

Cette passion affichée n’empêche pas que l’avantage financier joue également un rôle très important : 42% des personnes exerçant une activité complémentaire et 45% des pensionnés déclarent avoir besoin de leurs revenus pour joindre les deux bouts à la fin du mois. Les femmes (46% chez les personnes exerçant une activité complémentaire et 50% chez les pensionnés) avancent plus souvent cette raison que les hommes (39% chez les personnes exerçant une activité complémentaire et 44% chez les pensionnés). Les parents célibataires ayant des enfants à charge indiquent, dans 60% des cas, qu’ils ont besoin de cet argent pour joindre les deux bouts. Les hommes (31%) dépensent, quant à eux, plus souvent leurs argents pour des hobbies, des vacances et à des activités différentes des femmes (21%).

Emploi du temps

Le nombre d’heures consacrées à l’activité indépendante dépend étroitement de 2 facteurs : le temps disponible et les finances. Les pensionnés consacrent bien plus d’heures que les personnes exerçant une activité complémentaire : 54% des pensionnés indiquent qu’ils travaillent plus de 20 heures par semaine pour leur activité, contre 18% seulement chez les personnes exerçant une activité complémentaire. 33% de tous les pensionnés travaillent plus de 35 heures par semaine.

L’entrepreneuriat dans le sang, mais gare à l’administration

La satisfaction générale est relativement élevée. 55% des personnes exerçant une activité complémentaire et 59% des pensionnés recommanderaient assurément une activité complémentaire. « L’entrepreneuriat, on l’a dans le sang – avec ce que nous voyons tous les jours sur le terrain, nous ne sommes pas du tout étonnés que la satisfaction personnelle affiche un score aussi important chez les personnes exerçant une activité complémentaire, » indique Bruno Debuysscher.

Les personnes interrogées indiquent toutefois que, de tous les inconvénients éventuels, c’est l’administration qui leur pèse le plus (33% et 23% respectivement chez les personnes exerçant une activité complémentaire et les pensionnés). « C’est pourquoi il est important de veiller à ce que cette tâche leur soit allégée au maximum et qu’ils puissent exercer leur activité avec plaisir, » ajoute encore Bruno Debuysscher.

Articles connexes