L’importance de diversifier son portefeuille vaut aussi pour le crowdfunding

Auteur: Partena Professional (HR Service Provider)
Temps de lecture: 2min

Le crowdfunding a bouleversé la manière dont on investit dans les entreprises ces dernières années. La numérisation a joué un rôle crucial à cet égard. Elle a facilité les levées de fonds pour les entreprises. "Mais ce n'est pas sans risque", explique Charles-Albert de Radzitzky, spécialiste des investissements en start-ups et scale-ups.

« Seules 40 à 50 pourcent des start-up survivent. Diversifier ses investissements est donc plus qu’intéressant »

Charles-Albert de Radzitzky, CEO de la plateforme d’investissement Spreds

Très populaire auprès des start-up depuis quelques années, la levée de fonds par financement participatif s’adresse également aux entreprises en quête d’un boost financier.

“Nul besoin d’être un spécialiste de la finance pour investir ou lancer une campagne de crowdfunding”, estime Charles-Albert de Radzitzky. Il est le CEO de la plateforme d’investissements Spreds.

“En finalité, il s’agit plutôt d’une opération marketing qui se prépare minutieusement pour convaincre des investisseurs de prendre des parts dans la société. Les entreprises financées les rétribuent ensuite via un dividende ou une plus-value.”

Pour néophytes et professionnels

Le vrai déclencheur pour le crowdfuncing eût lieu en 2017, avec l’apparition d’un tax shelter spécifique. Grâce à celui-ci, les investisseurs peuvent récupérer jusqu’à  45% de leur investissement par voie fiscale.

« Avant cela, l’aide financière pour les starters était plutôt sporadique. Avec le tax shelter, on a vu apparaître une nouvelle catégorie d’investisseurs. Le marché n’est plus réservé aux investisseur professionnels. Investir est devenu accessible pour les néophytes. »

La règle des 10-10-10

Tout comme d’autres investissements, le crowdfuncing n’est pas sans risques. : “Seules 40 à 50% des start-up survivent. Diversifier ses investissements est donc plus qu’intéressant « , explique Charles-Albert de Radzitzky.

 « Je suis moi-même la règle des 10-10-10: j’investis 10% de mes avoirs, que je bloque pendant 10 ans, dans 10 entreprises. À ce rythme, n’importe qui peut devenir investisseur. Chez Spreds nous avons démocratisé l’investissement en offrant à chacun la possibilité d’investir à partir de 100 euros.”

Articles connexes